L’antivirus français Davfi : des promesses élevées

Accueil » Technologie » Logiciel » Antivirus » L’antivirus français Davfi : des promesses élevées

Le monde de la sécurité informatique pourrait connaitre une véritable révolution dans les mois à venir, c’est en tout cas ce que promet Eric Filiol, le responsable de développement de Davfi, un antivirus français aux capacités prétendument exceptionnelles.

Eric Filiol, ancien cryptanalyse de l’armée

Concrètement, au-delà du produit en lui-même, c’est l’approche de ce projet pharaonique qui est intéressant. En effet, Eric Filiol préfère prendre le « problème » à l’envers des éditeurs classiques. Plutôt que de trouver sans cesse un antidote à des problèmes créés par les pirates informatiques (malware, chevaux de Troie, rootkit, etc…), il préfère  partir du postulat selon lequel il faut « interdire tout ce qui n’est pas permis » pour reprendre ses propres termes.

Autrement dit, ne jamais laisser un programme inconnu installer un fichier sur un disque dur alors qu’il n’y ait pas autorisé. Selon lui, les démarches des éditeurs classiques sont hypocrites afin que les mises à jour payantes disposent d’une raison d’être alors que des solutions existent avant même la création d’un programme malveillant.

Pour PC et pour les smartphones

Ce projet sur lequel son équipe planche depuis plus de 4 mois dispose d’un budget conséquent de plus de 5,5 millions d’euros dont les fonds sont équitablement publics et privés. Grâce à cette somme, le travail pourra rapidement porter ses fruits puisqu’un antivirus pour smartphone sera lancé avant la fin de l’année, il faudra toutefois attendre 2014 avant une version pour PC.

In fine, Eric Filiol souhaite que les entités françaises (grandes entreprises, administrations, etc…) arrêtent d’utiliser les solutions proposées par des éditeurs russes et américains. Cet antivirus français pourra selon lui être un fleuron mondial. Dans un second temps, il imagine la sortie d’un antivirus pour les particuliers, version qui sera vraisemblablement gratuite.

Les promesses énoncées par Eric Filiol sont élevées, espérons que le travail final sera une réussite. Soulignons que même si ce projet est financé en partie par des fonds publics, les administrations comme les collectivités devront acheter l’antivirus français. Des premières moutures devraient voir le jour dans les prochains mois.

Bitdefender, meilleur antivirus du mois

Recommandé par Laure

5/5 - (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.