Amazon inciterait-il au spam ?

Accueil » Technologie » Logiciel » Antivirus » Amazon inciterait-il au spam ?

Amazon aurait tendance à forcer les clients à partager leur achat sur les réseaux sociaux. L’objectif au départ semble noble puisque la plateforme souhaite accroître son panel de consommateurs, mais la pratique n’est pas appréciée.

Amazon est pointé du doigt pour sa nouvelle pratique

Sur internet, les sociétés tentent par tous les moyens d’accroître le nombre d’utilisateurs, d’abonnés ou de clients même si elles jouent parfois avec les limites. Microsoft a déjà été critiqué pour de tels faits concernant la migration vers Windows 10 en partageant des fenêtres qui laissent penser que l’internaute n’a finalement pas le choix.

Désormais, c’est Amazon qui est pointé du doigt, car sa méthode ne semble pas faire l’unanimité. Lorsque vous naviguez sur la toile, vous avez la possibilité de partager par exemple un article sur les réseaux sociaux, le leader du e-commerce a opté pour un concept similaire.

Un consommateur peut partager son achat sur les réseaux sociaux

Un client est en mesure de partager cette action sur Twitter ou encore Facebook et même via un email. Le message contient bien sûr le produit acquis ainsi qu’un lien qui permet d’atteindre sa description.

Cette pratique n’est pas au goût de tous les utilisateurs et si cette affaire ne semble pas faire un grand bruit en France, ce n’est pas le cas en Allemagne. Reuters explique que la justice a reconnu cette pratique comme illégale.

Par conséquent, Amazon est susceptible d’avoir recours au spam pour tenter d’inciter les internautes à acquérir des produits sur son site.

En Allemagne, ce procédé est considéré comme illégal

La cour de justice a expliqué sa décision en précisant que les internautes qui découvrent le message n’ont pas transmis leur accord à Amazon.

Ce dernier n’aurait donc pas le droit de partager des données publicitaires non sollicitées, cela est considéré comme un harcèlement déraisonnable. Amazon est novateur avec ce procédé puisque les plateformes n’ont généralement pas recours à ces méthodes.

Il faudra patienter notamment pour savoir si cette affaire prend de l’ampleur à l’échelle internationale et sur le marché français.

Bitdefender, meilleur antivirus du mois

Recommandé par Laure

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.