Antivirus : Kaspersky Lab accuse Microsoft de pratiques anticoncurrentielles

Accueil » Technologie » Logiciel » Antivirus » Antivirus : Kaspersky Lab accuse Microsoft de pratiques anticoncurrentielles

Voici une information pour le moins surprenante : l’éditeur russe Kaspersky a décidé d’entrainer sur le terrain juridique le géant de Redmond pour l’obliger à entreprendre certaines modifications ; en effet, il a dénoncé les pratiques de ce dernier qu’il a jugé anti-concurrentielles.

Kaspersky a donc sollicité les autorités de différents régions et pays, dont l’Union européenne et la Russie.

La colère d’Eugène Kaspersky

Sur son blog personnel, l’expert en sécurité Eugène Kaspersky a haussé le ton et attaqué ouvertement Microsoft ; il y a notamment écrit : « Ça y est. J’en ai marre ».

Du fait de la manière avec laquelle la firme américaine a géré sa solution antivirus Defender sur les systèmes d’exploitation Windows, il a estimé qu’elle entravait la concurrence.

C’est ainsi qu’il a déposé des plaintes auprès des autorités russes et de la Commission européenne.

Eugène Kaspersky est allé plus loin : il a en effet affirmé que les mêmes pratiques anti-concurrentielles étaient également mises en place avec les lecteurs multimédias et les navigateurs Internet ; ces 2 affaires avaient notamment valu des sanctions financières à Microsoft.

Microsoft étouffe les développeurs tiers

Plusieurs pratiques ont été dénoncées, la plus anti-concurrentielle étant la désinstallation automatique des antivirus incompatibles lors de la mise à niveau vers Windows 10 (et ce même si l’utilisateur a pris la décision de conserver ses applications et fichiers).

Eugène a donc demandé à ce que les programmes incompatibles soient clairement mentionnés avant la mise à niveau et qu’une fois cette dernière achevée, soient proposées des versions de programmes compatibles.

Eugène aimerait également qu’une autorisation soit au préalable demandée à l’utilisateur avant d’installer Windows Defender.

Une autre requête concerne le renouvellement des licences : selon Eugène, les notifications signalant une mise à jour n’apparaissent que 3 jours après l’expiration de l’abonnement, ce qui laisse largement le temps à Windows Defender de prendre le relais.

Présent dans les paramètres de sécurité du système, le bouton qui invite les utilisateurs à activer Windows Defender a également été pointé du doigt.

Par ailleurs, Eugène a déploré le « peu de temps » accordé aux développeurs entre la date de sortie de la préversion de Windows 10 et celle de sa commercialisation.

Bitdefender, meilleur antivirus du mois

Recommandé par Laure

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.