Un site de la diplomatie russe piraté, un hacker américain revendique

Accueil » Technologie » Logiciel » Vpn » Un site de la diplomatie russe piraté, un hacker américain revendique

Un site de la diplomatie russe piraté, un hacker américain revendique

Le 23 octobre dernier, le Ministère russe des Affaires Étrangères a confirmé l’information selon laquelle l’un de ses sites Internet avait subi une attaque cybercriminelle.

Quelques heures avant la parution de ce communiqué, « The Jester », un hacker américain, avait posté un message sur Twitter dans lequel il accuse Moscou de « piratage à motivation politique ».

La campagne électorale américaine à l’origine du piratage

Le cybercriminel « The Jester » a récemment publié un lien renvoyant vers une page dans laquelle il accuse le Gouvernement russe de « piratage à motivation politique ».

Face à cette information, Maria Zakharova (la porte-parole du Ministère russe des Affaires Étrangères) a affirmé qu’il s’agissait d’une page de leur ancien site web et que ce dernier n’était d’ailleurs plus utilisé depuis longtemps (selon elle, ledit site a subi de nombreuses attaques depuis 2013).

Elle a également tenu à préciser que le site Internet actif (mid.ru) n’a jusqu’à présent fait l’objet d’aucune attaque.

Bien que la cible fût un site inactif, Maria Zakharova a ajouté qu’il ne s’agit pas d’une bonne nouvelle.

2 hypothèses interviennent à ce niveau : soit la campagne électorale américaine était la principale motivation, soit une cyber-machine de destruction a été élaborée.

Qui est « The Jester » ?

« The Jester » n’est pas inconnu des autorités de cybercriminalité ; en 2010, il avait en effet revendiqué sur son compte Twitter les attaques ayant paralysé le site WikiLeaks.

À travers un message et une image de clown, il avait accusé le Gouvernement russe d’être à l’origine des fuites diplomatiques de WikiLeaks.

Cette fois-ci, « The Jester » a affirmé que la Russie a essayé d’influencer l’Élection Présidentielle Américaine en soutenant Donald Trump, et lui a ordonné de « retourner dans sa chambre ».

Quelle a été la réaction de Washington ?

De son côté, le Gouvernement américain a également accusé son homologue russe d’être responsable de vastes actes cybercriminels dans le but d’influencer les résultats de l’Élection Présidentielle.

Moscou est en effet accusée d’avoir soutenu la candidature de Donald Trump (celui-ci avait notamment plaidé pour de meilleures relations avec le Chef du Kremlin et tenu des propos élogieux à son égard). Vladimir Poutine a quant à lui nié toute implication dans ces attaques.

Comparatif Vpn

Recommandé par Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *